Rapport intermédiaire Interview Freelances du Digital Mars 2021


A ce jour (05/04/2021), j’ai reçu une petite vingtaine de réponses à mon interview.

Je vous partage ici les principaux enseignements que j’en tire. L’interview est complètement ouverte et sans contrainte. Chacun peut répondre aux questions qu’il souhaite.

Pour ne pas orienter les réponses, j’ai laissé à chacun la liberté de parler des plateformes de services et/ou de mise en relation (PSMR). Une très large majorité des réponses concerne les plateformes de mise en relation.

Très peu de retours concernent les services en ligne : en fait, pour être exact, une seule suggestion de services a été proposée : la mutualisation d’abonnements à différents outils (ranxplorer, 1.fr…) pour pouvoir les tester en fonction de son usage personnel et de sa situation.

En premier lieu, le point le plus négatif qui ressort sur les plateformes existantes de mises en relation est la peur de pas gagner suffisamment d’argent. Cela se traduit par le sentiment d’être exploité.e ou de ne pas être suffisamment visible ou mis en valeur. Une majorité de répondants considèrent ces plateformes comme des outils d’entraînement. Elles ne constituent pas à leur yeux une solution rentable permettant d’être rémunéré correctement.

Ensuite, la reconnaissance du travail au juste prix horaire est une des principales préoccupations et attentes des personnes interrogées.

Ceci étant, la compétition et la concurrence y sont perçues comme trop importantes pour mettre en avant les compétences des freelances, ainsi que la qualité de leur travail.

Enfin, mettre l’humain au coeur de l’outil est perçu comme fondamental pour beaucoup d’entre vous. Une attention particulière est portée sur le respect des différentes parties prenantes.

Pour dessiner le contour attendu d’une nouvelle plateforme, par ordre d’importance, la plateforme devrait :

  • être efficace pour faire vivre correctement les personnes qui en font partie
  • permettre des échanges direct entre les clients et les freelances, soit par messagerie instantanée ou visioconférence
  • mettre en lumière des talents qui y sont présents
  • limiter son accès sur invitation ou recommandation pour augmenter la qualité perçue du travail effectué
  • lutter contre les prix trop bas
  • fonctionner de manière transparente et facile à comprendre pour donner confiance
  • être facile d’utilisation et intuitive
  • avoir un design épuré
  • prendre en compte l’expérience-utilisateur

Pour être éthique et rémunérer correctement les freelances, à l’instar du commerce équitable, je propose l’analyse personnelle ci-dessous.

Je vous invite à en débattre :

Limiter la concurrence qui tire les prix vers le bas

Dans un monde où la concurrence existe, nous devons être les plus efficaces possibles dans l’exécution de nos missions. Au moment même où le client a besoin de nous, nous n’avons donc pas le temps de :

  • chercher
  • recouper les sources
  • apprendre dans le détail l’environnement du client

… grâce à l’expertise

Nous devons travailler sur des missions pour lesquelles notre expertise existe et a été reconnue au préalable.

… grâce à la complémentarité

Chaque freelance peut postuler comme expert dans différents domaines pour élargir ses chances de recevoir des missions qui lui correspondent.

D’après moi, la limitation de la concurrence entre les freelances passera par l’identification des complémentarités de nos expertises.

Nul besoin d’avoir des centaines de spécialistes d’un même domaine si la demande n’existe pas en face.

… en limitant la publication des tarifs de chacun

La publication des prix ou taux horaires incite les clients à acheter un prix plutôt qu’une prestation de qualité. Notre accroche commerciale devrait reposer sur l’identification d’un projet réel et sérieux avant d’évoquer nos prix.

Modalités d’intégration

L’intégration de nouveaux freelances dans notre organisation devrait, selon moi, passer par la cooptation des nouveaux freelances sur la base de :

  • leurs expertises pointues et reconnues,
  • ainsi que sur leurs complémentarités avec les expertises des freelances déjà en place.

Cette cooptation pourrait se concrétiser par un entretien validé grâce au vote des anciens au jugement majoritaire.

Garantie d’un revenu correct

Pour garantir un volume de travail suffisant par personne (et le revenu correspondant), je propose la règle suivante :

  • intégrer des nouveaux qu’à partir du moment où les missions signées sont en quantité suffisante sur leurs domaines d’expertise.

Ensuite, une liste d’attente mettra en évidence le manque de clients pour un domaine d’expertise donné. Ceci ne donnera pas de faux espoir à court terme au freelance concerné.

De plus, pour que les freelances puissent se projeter plus sereinement, je propose :

  • l’instauration d’un minimum de facturation à la demi-journée et
  • la vente d’abonnements mensuels récurrents (fidélisation des clients).

Enfin, chaque freelance détermine librement son prix en respectant le taux horaire minimum convenu démocratiquement entre nous. Ceci garantira un revenu correct pour le travail effectué.

Organisation commerciale

Importance du ciblage commercial

Bien sûr, nous saisirons toute opportunité qui se présente.

Ceci étant, les clients arrivent rarement tout seul.

Dans une logique de développement commercial important et proactif, nous devons cibler assez précisément les clients à prospecter.

En effet, trouver des clients prend du temps et de l’énergie. Nous ne pouvons pas prospecter les millions d’entreprises qui existent en France et à l’international.

Besoin d’une force de vente active

Une majorité de freelances affirment ne pas être à l’aise avec la vente de leurs services. Il est vrai que cette compétence commerciale ne s’improvise pas. Elle demande des années de pratique pour permettre l’obtention de résultats probants et rapides.

Intégrer une équipe d’agents commerciaux spécialisée dans la vente de prestations permettrait de créer un vrai flux de dossiers.

Parce que les freelances viennent dans cette organisation pour gagner de l’argent, ils ne doivent rien payer avant d’avoir travaillé. La rémunération de la plateforme et des agents commerciaux se fait donc par une commission déclenchée par l’acceptation mutuelle de la mission par le client et le freelance.

2 options sont possibles quand à la responsabilité de la plateforme :

  • soit le freelance facture le client final et reverse une commission d’apporteur d’affaires à la plateforme. Grâce à une partie de cette commission, la plateforme rémunérera l’agent commercial selon des modalités prévues à l’avance.
  • soit la plateforme est responsable de la mission et facture le prix de la mission et la commission. La plateforme sous-traite alors la mission au freelance qui facturera sa part, et la plateforme paye l’agent commercial comme négocié.

Copropriété de la plateforme

Pour garantir les intérêts des freelances, les freelances devraient devenir copropriétaires de la plateforme. C’est un des principes de fonctionnement des SCOP.

En conséquence, la direction de la structure sera collégiale et coopérative parmi les freelances qui seront devenus associés.

Merci de réagir à ces propositions qui n’ont aucun caractère définitif.

Je poursuis ma recherche de freelances intéressés pour répondre à cet interview jusqu’à fin Avril 2021.

Merci de m’aider en partageant cette interview et éventuellement ce rapport intermédiaire auprès des freelances du digital de votre réseau.

Copyright Robocoop 2021 - Crédits illustrations SAVE CREATIVE